•  

    Dois-je le dire aux autres (mon/ma partenaire, mes enfants, mes amis, mes parents, mon employeur) ? Si oui, comment ?

     

    Oui, mais dans le bon ordre et en douceur.

    A terme, il faudra le faire, si votre besoin de vivre dans le 'sexe opposé' représente plus qu'un loisir occasionnel (et même dans ce dernier cas, nous vous recommandons d'être franc(he) avec les autres, c'est une question de respect envers eux et envers vous-même). Vivre dans le secret est aussi difficile que pesant. Lisez le chapitre 'Dois-je continuer à me cacher ?'.

    Il ne s'agit pas pour autant de combattre sur tous les fronts simultanément :

     

    Mon/ma partenaire ?

     

    C'est sans conteste la première personne à informer. On ne peut pas bâtir son couple sur le mensonge.

     

    Mes enfants ?

     

    Oui, obligatoirement, tout de suite après avoir informé votre partenaire. Si vos enfants sont prépubères, ils n'auront en général pas de problème à vous accepter, aussi longtemps que vous leur montrez que vous les aimez toujours pareil et que vous ne faites rien pour les culpabiliser (surtout pas de reproches du genre "c'est à cause de vous que je me cache depuis 10 ans et que j'en souffre", un enfant ne saura pas comprendre ça et en souffrira très fort !) : nous connaissons beaucoup de cas où le coming-out envers les enfants s'est passé en quelques secondes, comme une lettre à la poste, et où les enfants sont même fiers d'avoir 'un papa (ou une maman) pas comme les autres'. Si vos enfants ont l'âge de la puberté, cela peut être plus problématique, car ils sont en train de se chercher eux-mêmes, ont tendance à contester l'autorité parentale et sont relativement instables. Là aussi, il s'agit d'être clair(e) et ouvert(e) et surtout de leur montrer que ce n'est pas un 'nouveau petit hobby égoïste' que vous leur révélez, mais qu'il s'agit bien de votre vraie personnalité et que vous êtes toujours là pour eux, que ce soit en tant que père ou en tant que mère. Enfin, si vos enfants sont d'âge adulte, tout dépend de leur situation : s'ils ne sont pas encore stabilisés socialement (p.ex. étudiants), votre révélation peut être difficile à supporter pour eux, pour les mêmes raison que lors de la puberté. S'ils sont déjà socialement stables (emploi fixe, famille, enfants ....), ça se passe en général mieux. En résumé : tout dépend de la situation particulière, mais plus vos enfants sont proches de vous, mieux ça se passera en général. En tout cas, révélez-vous impérativement à vos enfants, vous le leur devez. Si vous les 'trompez' sur votre vraie personnalité, vous risquez une rupture sérieuse et définitive, tout comme avec votre partenaire.

     

    Mes amis ?

     

    Sans hésitation, oui. Vos vrais amis vous accepteront tel(le) que vous êtes et seront là pour vous soutenir dans cette période délicate de votre vie. Quant aux autres, bon débarras, ce n'étaient pas de vrais amis. Mieux vaut avoir un(e) vrai(e) ami(e) que cent faux/sses. Se révéler à ses amis est aussi un excellent entraînement pour des coming-out futurs avec ses parents ou ses collègues.

     

    Mes parents ?

     

    Tout dépend de la relation que vous entretenez avec eux. S'ils ont 90 ans, sont cardiaques, dépressifs, et ne vous voient qu'une fois par an, le jeu n'en vaut peut-être pas la chandelle. Si vous êtes proche d'eux, en revanche, il sera de plus en plus difficile de continuer à leur mentir. Beaucoup de personnes transgenre ont des relations très difficiles avec leurs parents, soit parce que ceux-ci ont réprimé toute velléité transgenre dans leur enfant, soit parce que l'enfant n'a jamais osé se révéler à eux et s'est donc enfermé dans une coque hermétique. Dans le premier cas, une rupture définitive avec vos parents est probable dès l'instant où vous leur faites comprendre que dorénavant vous comptez vivre votre vie transgenre envers et contre tous, mais cette rupture sera probablement salutaire, autant pour eux que pour vous. Dans le deuxième cas, révéler votre transidentité à vos parents sera l'occasion de tirer beaucoup de choses au clair et une chance d'assainir vos relations. Dans tous les cas, nous vous recommandons l'honnêteté envers vos parents et envers vous-même.

     

    Mon employeur ?

     

    En principe oui, mais attention ! Tout dépend de l'environnement dans lequel vous travaillez (macho ? décontracté ? réac' ? etc.) et du caractère plus ou moins vital, pour vous, de passer 'dans l'autre camp' aussi au boulot. Si vous ne ressentez aucun besoin de vivre votre transidentité aussi sur le lieu de travail, abstenez-vous de la révéler à vos collègues et à votre employeur : votre transidentité restera privée, c'est tout. Or, beaucoup de personnes transgenre, surtout les transsexué(e)s, ne supportent pas de vivre une double vie et ont besoin de vivre leur véritable identité 'full time', 24 heures sur 24. Dans ce cas, une transition vers votre 'nouvelle' vie devient vite indispensable au travail aussi.

    Mais attention : sans travail, pas d'argent. Et sans argent, plus de transition vers votre nouvelle vie, plus de vêtements, plus d'hormones, et plus de vie sociale tout court (oui, la société humaine est mal faite, malheureusement). Si vous le pouvez, le mieux est de faire des compromis. Si vous avez besoin de vivre dans 'l'autre sexe' en permanence, attendez que tous les autres points soient réglés avant d'envisager un coming-out au travail :

    Situation claire avec le/la partenaire, la famille, les amis.

    Assurance suffisante acquise par plusieurs mois de vie dans 'l'autre sexe' de façon permanente et publique dans votre vie privée.

    Etat psychique satisfaisant, à savoir ne pas être en pleine période de dépression ou de dysphorie pour le faire.

    Ne pas laisser se dégrader la qualité du travail que vous faites (car là, vous fournissez à votre employeur une excuse toute trouvée pour vous licencier pour faute professionnelle).

    Si vous faites les choses bien, en préparant le terrain (mettez d'abord vos collègues au courant, un à un, pour désamorcer l'argument classique des employeurs qui est "ça va troubler vos collègues et dégrader l'ambiance au travail"), et si votre employeur est intelligent, tout devrait bien se passer. Beaucoup d'employeurs se fichent de ce qui relève de votre vie privée, et même publique, du moment que vous continuez à leur rapporter de l'argent en faisant votre travail correctement.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :